Communautarisme, laïcité, égalité des sexes : les indignations sélectives…

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

 

 

 

 

 

TRIBUNE

 

Depuis quelques semaines, au Mans, de jeunes joueuses de basket, désireuses d’accorder leur religion à leur pratique sportive, ont décidé de jouer voilées. (cf.article Le Maine-Libre du 15 octobre 2013)

 

Un foulard couvre leur tête, un tee-shirt dissimule leurs bras, des leggins cachent leurs jambes. Cette décision acceptée par le Comité Départemental de basket ne me laisse pas indifférente.

 

Elle ne me laisse pas indifférente parce qu’elle touche à l’égalité des sexes, au respect de la règle commune et à la laïcité.

 

Lorsque l’on accepte que des femmes pratiquent un sport voilées, on admet que, pour certains, la femme ne soit pas l’égale de l’homme. En effet, la symbolique du foulard est connue : la femme doit cacher ses cheveux pour ne pas susciter le désir des hommes.

 

Le voile exprime la soumission à un sexe. A partir du moment où l’on accepte cette symbolique, celle du corps féminin comme tentation, c’en est fini de l’égalité des sexes.

 

Si cette décision ne me laisse pas indifférente, c'est aussi parce qu’elle enfreint une règle fixée par la Fédération nationale de basket qui interdit le port du voile sur le parquet. C’est « par tolérance » et « arrangement » que localement il a été décidé de contrevenir à cette règle commune. Pourquoi ce renoncement au nom d’une religion? Sur un terrain de sport, il n’y a pourtant ni religion, ni appartenance.

 

Enfin, à chaque fois que l’on cèdera aux pressions communautaristes sur ces sujets, nous laisserons se développer un processus inacceptable d’oppression des femmes.

 

En cédant, nous acceptons progressivement les discours de ceux qui s'abritent derrière une conception dévoyée de la liberté religieuse pour défier les lois de la République. Le communautarisme mine la cohésion sociale de notre Pays et notre pacte républicain, fondé sur l'universalisme de l'humanité.

 

Alors, ne soyons pas faibles ; n’accompagnons pas ces régressions des droits et libertés des femmes, faisons tout simplement appliquer la règle commune.

Il n’y a pas de voile acceptable.

 

La laïcité n’est pas négociable. Elle est notre trésor.

 

 


Anne Beauchef

Conseillère municipale et communautaire UMP du Mans

Membre de la commission municipale droits des femmes

 

 

 

 

Commenter cet article