Double faute

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

En 2004 puis en 2010, les électeurs ont lourdement sanctionné les gouvernements en place lors des élections régionales. Il faut reconnaître que l’action des Régions est souvent mal perçue. Nos concitoyens sont plus attachés à leurs départements qu’à ces ensembles artificiels et lointains. Ces scrutins intermédiaires permettent d’adresser un « avertissement » au gouvernement en place. Par la force des choses, les régionales sont devenues des élections très politiques, déconnectées des enjeux locaux. En 2014, les prochaines élections régionales risquaient de reproduire ce schéma. Aussi, François Hollande a-t-il décidé de les reporter en 2015 dans l’espoir d’amoindrir le vote-sanction tout en offrant un an de mandat supplémentaire à la cohorte des élus locaux socialistes, communistes et verts. Il s’agit évidemment d’un calcul politicien. Cette manipulation électorale est une première faute. La seconde est bien plus grave : désormais les prochaines élections intermédiaires seront les municipales. Je le regrette. Mettre en première ligne les élections municipales comporte le risque de les politiser fortement. Or, ces élections sont avant tout locales, basées sur des projets qui ne sont ni de droite ni de gauche. Les exposer trop directement aux aléas de la vie politique nationale n’est pas une bonne idée. L'avenir de nos communes mérite mieux que le référendum pro ou anti-Hollande qui se dessine pour 2014.      

Commenter cet article