Immersion dans la vie nocturne mancelle

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

 

Dans la nuit de samedi à dimanche, entre 1h30 et 5h, nous avons parcouru  le centre-ville du Mans pour une soirée "contrôle nocturne"  avec quelques collègues élus (5 de la majorité et moi-même de la minorité), le directeur du service tranquillité publique et sa future adjointe,  .

 

Notre parcours: rue des Ponts-neufs, place de la Sirène, rue de la Barillerie, rue Victor Bonhommet, République, rue du Port, rue du Docteur Leroy, rue de Constantine, place d'Alger, Passage des Arcades, rue Nationale, déplacement au commissariat de Coëffort (rencontre avec le commissaire, le médecin vacataire), quartier Saint-Nicolas, Cité Plantagenêt (rue St Honoré, Grande rue).


Notre objectif: voir de quelle manière se passent les nuits mancelles.

Des faits encore récents (agressions,vandalisme, meurtre, débordements sur fond d'alcool...) doivent obliger la municipalité à réagir. La période électorale a eu tendance, au Mans, à mettre le sujet sous le tapis. Je le regrette.

Ce que j'ai constaté samedi soir n'a fait que conforter les idées que nous préconisons depuis des années. Mise en place rapide d'une vidéoprotection, création d'une police Municipale et d'une brigade canine.

 

 

 

A quoi avons-nous assisté durant cette nuit de samedi à dimanche?

 

-1h30: départ du parking de l'Hôtel de Ville, direction le quartier des Ponts-Neufs plutôt calme. Les conditions fixées par la charte de tranquillité pour obtenir une fermeture plus tardive sont respectées. Rue de la Barillerie un concert improvisé avec un bandonéon gâche à l'évidence le début de nuit des habitants.

 

-2 heures du matin: rue Victor Bonhommet calme. Direction quartiers République,Alger, Leroy, Port où nous assistons à des entrées sorties de discothèques excessivement bruyantes (clientèle se concentrant à l'extérieur parfois dans un état d'ébriété avancé, attroupements,cris...). La porte de l'établissement est constamment ouverte et la musique, forte, est entendue de l'extérieur.

 

-2h15: passage des Arcades, des signes évidents de trafic sont relevés


-Entre 1h30 et 5h: à plusieurs endroits nous notons des espaces fumeurs (en principe obligatoires à l'intérieur des établissements) se faisant à l'extérieur avec toutes les nuisances que l'on peut imaginer pour les riverains 

 

-2h30: nous rencontrons à son domicile une famille excédée par les nuisances sonores (bruits, musique très forte...) 

 

-2h45: déplacement au commissariat de Coeffort (rencontre avec le commissaire, le médecin vacataire, des fonctionnaires de police). Descente au sous-sol pour rencontrer le médecin vacataire se trouvant à proximité des cellules où est une personne interpellée pour Ivresse Publique Manifeste (IPM).

En échangeant avec un fonctionnaire de police, j'ai pu constater aussi combien la mise en place d'une brigade canine était utile pour les personnes interpellées accompagnées de chien: une formation particulière est nécessaire. Cette brigade est demandée depuis longtemps par notre groupe politique.

 

-Entre 3h30 et 4h15: nous entrons dans plusieurs établissements pour lesquels nous avions constaté des nuisances sonores manifestes. La discussion s'engage avec les responsables des lieux. 

 

-A partir de 3h30: nous croisons de nombreuses personnes très jeunes en état d'ébriété très avancé sur la voie publique

 

-A 4h30: un début de bagarre rue Marchande avec insultes, verres brisés jetés, personnes visiblement en état d'ébriété aux vêtements déchirés, nous contraint à demander une intervention de la police. Nous attendons son arrivée une 20aine de minutes; elle n'arrive pas. Le groupe se disloque et nous terminons notre parcours par la Cité Plantagenêt, calme.

 

 

                                               ___________________________________________

 

  En bref, ce à quoi j'ai assisté durant la nuit de samedi à dimanche ne m'a hélas pas surprise. Une présence policière renforcée assurée par une police municipale (restant à créer) en complémentarité de la police nationale me semble adaptée. Les patrouilles, la présence physique de jour comme de nuit sont indispensables.  

 

Dans la perspective de la création d'une police municipale, l'organisation et la formation du personnel du service tranquillité seraient à revoir (formation à intervenir, à se défendre, à protéger, arme non létale).

 

                                   _____________________

 

Sur le chemin du retour, je pense à ceux que nous n'avons pas rencontrés. Ceux qui demain matin vont devoir nettoyer nos rues jonchées de mégots, gobelets, bris de verre. Je pense aussi à ceux qui allaient comme souvent les lendemains de week-end trouver leur véhicule endommagé ou leur vitrine brisée.

 

C'est donc confortée dans le bien fondé de nos propositions, que je continuerai à les défendre.


 

 

Commenter cet article