L'inélégance en politique

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF



images-2
Si j'ai la chance de ne pas avoir rencontré (trop) de machistes dans ma vie professionnelle, en politique en revanche... il en existe encore quelques-uns....

Quelques exemples récents me font réagir :

- Quand une femme s'exprime en public et que son intervention rédigée par ses soins fait mouche, c'est que "quelqu'un a du lui écrire" (sic). Un homme sûrement, peut-être même le sien.

- Quand une femme commet une erreur sur un dossier, c'est qu'elle est incompétente. Voire d'une "rare incompétence" (sic). Incompétente, sûrement mais ce  n’est pas assez, elle est d’une “rare incompétence”.

- Quand une femme intervient en séance publique d'un conseil municipal et qu'elle se sert de quelques notes écrites pour s'exprimer, c'est qu'"elle ne connaît pas son sujet" (sic), et qu'elle a "préparé "(sic). Quand un homme lit un texte de A à Z sans en détacher le regard, c’est parce qu’il s’exprime au nom de son groupe politique, alors là c’est bien !

Tous ses faits sont malheureusement exacts.

Récemment encore, lors du dernier conseil municipal du Mans, en décembre dernier, un procès en incompétence a eu lieu après l'intervention d'une collègue élue. Procès qui se poursuit d'ailleurs par écrit sur le blog de l'élu procureur.

Parlant de cette élue, il n'hésite pas à décrire une "rare incompétence" ou de "bêtises assez énormes".La conclusion de son article est elle-même édifiante: "j'espère être plus intelligent". Rien que çà !
Quelle élégance !

Ces propos désobligeants et injurieux me dérangent. Tout est exagération, aucune retenue !

 

Ces propos n’honorent personne et s’apparentent à un mauvais et ancien réflexe. Quand une femme se trompe, elle est incompétente. Vous trouverez rarement de tels propos prononcés à l'encontre d'un homme. Certainement au titre de la solidarité masculine.
Je ne demande pas d’indulgence particulière pour les femmes.
Je souhaite juste la simple élégance qui consiste à ne pas prononcer de propos excessifs et dégradants.

La vie politique, très observée par tous, oblige ceux qui ont fait le choix de s’y consacrer à la dignité des propos et au respect le plus élémentaire.

 
Alors juste un voeu pour 2010 : le respect !

Commenter cet article

jeando 06/01/2010 09:29


Anne ,
tu fais preuve d'une grande élégance en ne nommant pas le goujat.
je veux croire qu'il te saura gré de cette délicatesse.
bises