L'invité de mon blog: François FILLON

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

 photo-FF.jpg

 

 

Après Jean-Marie Geveaux, Président du Conseil général de la Sarthe, Franck Louvrier, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy en mai dernier, c'est François Fillon qui est aujourd'hui l'invité de mon blog.

 

J'en suis très heureuse et le remercie vivement de sa disponibilité à 22 jours d'une élection importante pour lui et pour nous.... 

 

 

Politique nationale, fonctionnement de l'UMP, parité, réseaux sociaux et militantisme, la Sarthe sont les thèmes de cette interview, avec bien sûr un message pour les Sarthois ....


 

1-Quel regard portez-vous sur les 5 premiers mois de la Présidence Hollande?   

 

La politique du Président Hollande est conduite dans l’improvisation avec des annonces qui portent sur des promesses de campagnes dogmatiques, des reculades, des sujets de société qui divisent sans qu’aucun débat sérieux ne soit organisé.

 

En cinq mois, la gauche a démontré son impuissance face à la crise. François Hollande s’entête à ne pas faire face au problème de la compétitivité française. Après avoir démantelé notre dispositif de TVA anti-délocalisations, il découvre soudainement le problème  de baisse des charges pour les entreprises. Il a sacrifié la déductibilité des intérêts d'emprunt pour les entreprises, les heures supplémentaires défiscalisées, tout en divisant les français lorsqu’il stigmatise ceux qui entreprennent et réussissent.  

 

La contribution excessive demandée aux ménages et aux entreprises pour réduire les déficits publics va enfoncer notre pays dans la récession sans qu'aucune économie structurelle ne soit engagée sur le budget de l'Etat. Ces cinq premiers démontrent que les socialistes n’étaient pas préparés à gouverner notre pays. 


 

2-Quel Président de parti serez-vous si vous êtes élu président de l'UMP? Quelle sera votre première action? La parité sera-t'elle au programme de votre Présidence (organisation du mouvement, investiture aux élections...)?

    

 

Dès le lendemain du Congrès, je veux renforcer la vie démocratique de notre mouvement, en décentralisant notre mode de fonctionnement, en déployant nos réseaux dans la société française, en développant les référendums internes, en renforçant le pouvoir des adhérents sur les investitures et sur la ligne politique. 

 

Je m’engage à associer chaque adhèrent aux décisions stratégiques et à l’élaboration du projet de notre formation politique.   Il est essentiel de placer le débat d’idées et la définition de notre projet au centre de notre entreprise de redressement national.

 

La fermeté de notre critique vis-à-vis de la gauche doit s’appuyer sur une vision de la France et sur des propositions solides qui ont vocation à être débattues avec nos militants et nos élus.   Comme je l’ai toujours fait dans les fonctions politiques que j’ai occupées, je veillerai à ce que les femmes occupent des responsabilités de premier plan.   Si je suis élu à la présidence de l’UMP, j’assurerai l’unité de notre famille politique et de toutes ses sensibilités.

 

Entre nous, le débat sera permanent, mais je veillerai à ce que la règle de l’unité ne soit jamais brisée.  

 

 

3-On connaît votre intérêt pour les outils numériques et les réseaux sociaux. Quelle place comptez-vous donner à ces nouveaux moyens de communication ayant aussi investi le militantisme?
  

 

J’engagerai la modernisation de notre mouvement et de ses modes de communication. Je souhaite rendre possible un débat interactif grâce à un Réseau Social militant pour pouvoir en confiance, débattre et partager entre nous. Cette forme de débats et d’échanges doit favoriser l’émergence d’idées novatrices, venant notamment des jeunes générations de militants et de sympathisants.  

 

 

4-En 2014 et 2015 auront lieu des élections locales et européennes. Comment voyez-vous la reconquête de nos territoires en particulier en Sarthe, département que vous connaissez bien. Quelle pourra être l'aide de notre parti politique?  

 

Pour remporter les échéances locales, il faut que notre mouvement soit fort au niveau national, porteur d’une vision et d’un message clairs.   Je veux créer un pôle dédié à la reconquête des territoires, pour faire émerger les nouveaux talents qui porteront nos idées aux prochaines échéances électorales.   Pour mieux préparer nos militants, cadres et candidats aux combats électoraux qui s’annoncent, une école des cadres décentralisée sera créée.   La Sarthe devra bénéficier de cet élan, comme les autres territoires et j’y serai particulièrement attentif.    

 

 

5-Au-delà de l'élection du Président de l'UMP, nous attendons un vrai projet pour la France. Quelles sont pour vous les grandes lignes de ce projet?  

 

J’ai placé ma campagne sous le sceau du rassemblement national. Je propose notamment l'adoption d'un triple pacte pour servir le redressement de la France 


- un pacte de productivité, qui comprend la fin des 35 heures, l’augmentation du temps de travail et la baisse du coût du travail en faveur de la compétitivité de nos entreprise ; 

- un pacte national, qui intègre la question de l’immigration et notamment la mission d’assimilation pour laquelle je propose de créer un vrai service public de l’intégration ; 

- un pacte européen, destiné à donner à l'Europe la force de défendre ses intérêts économiques et industriels face à la mondialisation.   Il n’y aura pas de redressement de notre pays sans un retour à l’équilibre de nos finances publiques. C’est pourquoi je veux instaurer une règle d’or qui s’applique non seulement à l’Etat mais aussi à nos collectivités locales et à notre sécurité sociale.    

 

6-En conclusion: un message pour les sarthois et la manière dont nous pouvons aider le candidat Fillon dans les 3 semaines qui viennent ?    

 

Je voudrais remercier les militants de la Sarthe pour leur mobilisation et pour la confiance qu’ils m’accordent depuis si longtemps. Déjà militant à l’âge de 14 ans, j’ai été président de votre fédération jusqu’en mars dernier. Je suis fier des racines sarthoises que je porte en moi.

 

Dimanche 18 novembre, vous allez élire le président de l’UMP. Ce président aura non seulement le devoir de faire gagner l’UMP aux élections municipales de 2014 mais surtout d’incarner dès maintenant un espoir pour la France et pour les Français.  

 

L'élection du 18 novembre prochain nécessite la participation active de tous les militants, et bien sûr des militants sarthois. J'ai besoin de vous, de votre suffrage et de votre mobilisation pour inciter les autres adhérents à aller voter.

 


Commenter cet article