La Joly boulette

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF


La polémique du week-end du 14 juillet 2011 née des propos d'Eva Joly est une bonne polémique: elle permet de voir clair dans le projet que concoctent les encombrants alliés du PS.

Proposer de remplacer le défilé militaire du 14 juillet le jour de la mort d'un nouveau soldat français en Afghanistan et comparer l'armée française à celle de la Corée du Nord est une énormité.

La proposition est non seulement incongrue dans le contexte des conflits en Afghanistan et en Libye mais aussi peu respectueuse de l'attachement des français à leurs traditions. Les événements récents montrent ce que nous devons à nos forces armées. Elles sont la grandeur de la France. La sortie d'Eva Joly est déplacée de la part d'une candidate à l'élection présidentielle, potentiel chef des Armées !


Je crois aussi qu'Eva Joly n'a pas bien compris l'attachement de ses compatriotes à la République et à la défense de ses libertés.

Le défilé du 14 juillet ne consiste pas simplement à passer en revue des personnels et des matériels,; il s’agit de rendre hommage, une fois par an, à nos armées. La ferveur des spectateurs et des téléspectateurs est toujours au rendez-vous et ce n’est pas par hasard.

Ce que savent nos concitoyens, et que Mme Joly n’a à mon avis pas compris, c’est qu’être militaire est une vocation qui nécessite l’adhésion à certaines valeurs. Défendre notre République et nos libertés nécessite de s’appuyer sur des hommes et des femmes qui ont une haute idée de leur mission ; suffisamment haute pour risquer leur vie, et parfois, pour la perdre. Cette mission n'est pas à la portée de tous.

Eva Joly nous dit aussi qu’il n’y a plus de défilés militaires dans le monde, sauf dans certains pays peu démocratiques. Ce qu'Eva Joly oublie c'est que ce qui fait la particularité de la France c'est qu'à 3 reprises dans un récent passé, elle a été occupée: en 1870, en 1914 et en 1940. Nos familles s'en souviennent: toutes ont au moins connu la dernière guerre.


La sortie d'Eva Joly est si déplacée et démagogique qu'elle oblige  la Gauche, gênée, à ne parler que des propos de François Fillon. Et là démarre un formidable numéro d'acrobates !

Si la Gauche s'entend pour attaquer le premier ministre, elle me semble bien incapable de s'expliquer sur le fond du sujet, tant les contradictions sont grandes entre ses différentes composantes.

Commenter cet article