La rue des Victimes du Nazisme au Mans: le mauvais débat

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

Curieuse ville où, le 24 septembre dernier, une majorité municipale honore Joseph  Weismann, survivant de l'épouvantable rafle du Vel d'Hiv' et où quelques jours plus tard un adjoint au maire plaide pour le changement de nom de la rue des victimes du nazisme...

 

S'il est vrai qu'il peut-être plus gai de vivre avenue de la Liberté ou rue du Paradis, notre Histoire est faite de pages sombres et douloureuses dont il est de notre devoir de se souvenir. Qui se souviendra qu'il y a eu des victimes du Nazisme, des Résistants internés (autre rue mancelle) si on débaptise ainsi les rues? 

 Il ne faut jamais les oublier pour qu'elles ne se reproduisent jamais. 


Les plaques commémoratives, le nom des rues, des écoles sont là pour, au quotidien nous les rappeler. C'est aussi cela le devoir de mémoire.
 

Je suis farouchement opposée à cette idée que je trouve insultante pour les victimes et leurs familles.


Commenter cet article

Dutour 06/10/2010 21:36


Je suis fier d'habiter rue d'Estournelles de Constant. Prix Nobel de la paix.
sarthois.
Je serai honoré d'habiter rue des Victimes du nazisme. Leur mémoire mérite d'être rappelée chaque jour.
Par contre j'aimerais moins avoir ma maison sur le boulevard Bobby Sands.
Pour les plus jeunes, je rappelle que cet activiste irlandais a été arrêté les armes à la main sur les lieux d'un attentat. Il est mort à la suite d'une grève de la faim sous le gouvernement de
Margaret Tatcher. Cela avait fait les gros titres de tous les journaux à l'époque. Pour beaucoup, c'est un terroriste, un assassin.
Messieurs Jarry et Boulard ont choisi de donner son nom à une rue de la ville. Le Royaume uni est une démocratie. Peut-on ainsi honorer la mémoire de personnes choisissant la violence pour
atteindre leurs objectifs.
Pour ma part, je pense que l'itinéraire de Gerry Adams est bien plus intéressant. Il a su mener son parti à la table des négociations et signer un accord avec le Royaume Uni. Il est bien plus
facile d'aller vers la violence que vers la paix.
Ceux qui ont à un moment de leur vie oeuvré pour la paix, ceux qui ont souffert des horreurs de l'histoire méritent un nom de rue.


Jacques BRINDEAU 05/10/2010 22:15


Bonsoir Anne de tout coeur avec toi et une fois de plus Boulard laisse dans le vague et refuse de prendre ses responsabilités façe à un petit maire adjoint VERT.Gros bisous Jacques