Le 8 mars 2012: une journée pleine de sens

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

  

   Si consacrer une journée aux femmes peut paraître insuffisant ou dérisoire à certains, au moins pendant ce temps là on parle de nous !

 

Je vois d'autres avantages à cette journée située cette année au coeur de la campagne électorale.

 

 

1er avantage: écouter les propositions des candidats sur la question des droits des femmes

 

En campagne électorale, tous les candidats auront un message et il faut s'en réjouir. Articles, débats, émissions de télévision s’en font déjà l’écho et abordent les sujets nous préoccupant : les violences faites aux femmes, le poids des traditions, les mutilations sexuelles, l'égalité salariale, la parité, la contraception, l'accès des femmes aux postes à responsabilité, le fameux plafond de verre, l'IVG, les modes de garde des enfants, la précarité, …etc.

 

Pourtant certaines propositions issues de l'Extrême droite font frémir...  

 

 

A la lecture des programmes politiques des candidats à l'élection présidentielle je suis effarée par 3 propositions du Front national: celle de dérembourser les IVG, celle d'octroyer un salaire aux femmes élevant leurs enfants, celle de mettre en place une adoption prénatale. L'anti-choix, des reculs sans pareil pour les femmes et le risque de transformer le corps en instrument de production sont ainsi proposés aux femmes par...une femme. Des conquêtes sont remises en cause, et là il y a danger.

 

 

 

2ème avantage: évaluer le chemin restant à parcourir

 

 

Malgré quelques clichés, et parfois moquerie de ces messieurs, il est bon, je trouve, une fois par an, de faire une petite piqûre de rappel sur la condition des femmes dans le monde et d'évaluer le chemin qu'il reste à parcourir, de comparer avec ce qui existe dans d'autres pays. De relativiser ou au contraire de revendiquer.

 

3ème avantage: rendre hommage aux femmes

L’occasion aussi de rendre hommage à celles qui se sont battues, souffrent malheureusement toujours ou subissent des inégalités... mais aussi à toutes celles qui se contentent d’être « des femmes du quotidien », et combinent toutes leurs vies en une seule.

C’est aussi parler de la précarité de ces femmes. De plus en plus souvent je reçois en rendez-vous des femmes, qui après une séparation, se retrouvent seules avec leurs enfants et un salaire jusqu’alors d’appoint. Ces femmes qui sont prêtes à accepter quelques heures seulement par semaine en revenu principal…Aujourd'hui, 80% des salarié-e-s à bas salaires sont des femmes et 98% des monoparent-e-s sont des femmes.

Parler de la place des femmes, c’est aussi parler de la parité en politique où la loi a contribué à l’émergence de candidature.C'est parler du sexisme auquel nous pouvons être confrontées. Et en politique, il existe ! Du chemin reste à parcourir ...

 

 

Très belle journée à toutes et tous.

 

 

 

 

 

Commenter cet article