Le patrimoine manceau encore mis à mal

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

5436049827_eca6220298.jpg 

 

L'article paru hier dans le Maine-Libre relatif à la démolition d’une maison de caractère située rue Besnier nous a conduit Véronique RIVRON, conseillère générale du Centre-ville et moi-même à cosigner ces quelques lignes de réaction à la presse. Je vous en donne le texte. N'hésitez pas à réagir !

 

ATTRISTANT

"La démolition de la maison bourgeoise de la rue Besnier (remplacée par un immeuble) nous attriste à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’elle est l’illustration du manque de soin que la Ville du Mans porte à son patrimoine. Ce n’est d’ailleurs pas nouveau ! Ensuite, elle nous attriste car elle est un nouveau coup porté à l’histoire de nos quartiers.

 

Régulièrement nous demandons que la Ville du Mans se dote de nouveaux outils de protection de son patrimoine. Régulièrement nous tirons la sonnette d’alarme. La disparition de la maison bourgeoise de la rue Besnier est nouvel exemple de ce manque d’attention.

 

LE MANQUE DE SOIN PORTE AU PATRIMOINE

Au Mans, depuis mai 1974, seul le Vieux-Mans-Cité Plantagenêt est couvert par un plan de sauvegarde et de mise en valeur dit « secteur sauvegardé » qui protège cet ensemble exceptionnel. Hélas, à l’extérieur de ce secteur sauvegardé et hors périmètre « monument historique » (rayon des 500 mètres), il n’existe pas de protection particulière pour notre patrimoine. Pourtant certains quartiers (ex : quartier du Jardin des Plantes, avenue Bollée et ses abords) présentent une grande cohérence architecturale, urbaine et patrimoniale.

 

L’Architecte des Bâtiments de France n’y a pourtant pas voix au chapitre alors que des projets de construction sont régulièrement évoqués dans ces secteurs très prisés. Un projet immobilier d’envergure en face du jardin des Plantes classé depuis 1945 était encore à l’étude il y a quelques mois rue de l’Eventail. Pétition et mobilisation des habitants ont fait reculer mairie et promoteur.

 

CREER DE NOUVEAUX OUTILS

Pour cette raison, nous souhaiterions qu’une protection particulière de certains ensembles de notre ville, situés actuellement hors du champ de compétences de l’Architecte des Bâtiments de France, soit instaurée.

 

Le 12 juillet 2010, suite à la promulgation de la loi dite Grenelle II, les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) sont devenues des Aires de mise en valeur de l’Architecture et du Patrimoine (AVAP).

 

Le Mans doit elle aussi avancer sur ces questions ! Il est de son ressort de doter notre ville de nouveaux outils de protection adossés au PLU afin de garantir une urbanisation harmonieuse et durable de nos quartiers".

 

Véronique RIVRON, conseillère générale Le Mans Centre

Anne BEAUCHEF, conseillère municipale et communautaire

Commenter cet article

thierry proust 06/03/2011 11:16


bien d'accord avec vous sur la destruction du 54 rue besnier...j'y suis né, et je ne retournerai certainement jamais dans le quartier. Il faut juste savoir que notre famille ne pouvait plus garder
ce bien et que nous avons tout tenté pendant 3 ans pour la vendre pour être habitée et non pas rasée. Ce type d'habitat ne correspond hélas plus à rien, trop cher d'entretien, trop difficile à
vivre au quotidien. La ville, une collectivité locale, une structure institutionnelle, une banque etc... auraient pu la racheter.... Ainsi va la vie. Cordialement, ThP


pierrepicherit 18/02/2011 12:06


Bien parlée. Anne Il serait temps de prendre conscience de l'intérêt de valoriser et surtout préserver ces éléments en dehors ....