Le plafond de verre

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

Un sujet est apparu il y a quelques semaines: celui de la place des femmes dans les conseils d'administration


Ce sujet  n’est pas anodin : actuellement en France on compte moins de 7 % de femmes siégeant dans les conseils d’administration des grandes entreprises ! Les autres pays ne font pas  mieux que nous: aux États-Unis, les femmes son 45 % parmi les cadres, mais seulement 5 % à avoir accédé au statut de cadre dirigeant. Elles n’occupent que 2 % des postes de PDG dans les 500 premières entreprises mondiales.



Aujourd'hui donc, beaucoup de femmes promises à une brillante carrière se heurtent à de nombreux obstacles pour accéder aux plus hautes responsabilités.

C'est le phénomène du "plafond de verre".


Les hommes ne sont pas systématiquement en cause !. Mais ce qui est sûr, c’est que les femmes sont bien souvent obligées d’assumer une charge familiale à laquelle leurs collègues masculins ne prêtent qu’un concours...modeste.


Les mentalités et les comportements ont évolué, mais lorsqu’il s’agit de rentrer pour s'occuper des enfants, les hommes sont moins souvent présents, tout occupés à se consacrer à leur travail. Et quand vient le moment de donner des gages de motivation pour décrocher un meilleur poste, notamment en restant tard le soir ou en travaillant certains week-end, les femmes sont forcément perdantes.


C'est donc une bonne chose que la majorité présidentielle se soit emparée de cette question de la place des femmes dans la direction des entreprises.


Certains ont beau jeu de critiquer l’idée d’imposer des quotas.

 

Je reconnais que ce n’est sans doute pas la solution idéale.


Les inégalités de statut et de traitement entre les sexes sont  également observables dans l’ensemble du monde du travail.


Au niveau local, j’observe par exemple une  régression en matière de mixité.  Au Mans, lorsqu'un poste de vice-présidence de la communauté urbaine doit être attribué après le décès d'une élue, c'est un homme qui est proposé au vote de ses collègues...

Commenter cet article