Se faire vacciner : un geste civique

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

Oui j’irai me faire vacciner contre la grippe H1N1 !

Je le ferai, peut-être plus pour les autres, que pour moi peut-être. Je crois en effet que si on ne se vaccine pas pour soi même, on devrait le concevoir comme un devoir civique envers les autres en particulier les personnes à risque de complications en cas de grippe A.
Plus il y aura de personnes vaccinées, moins le virus circulera et moins l’on déplorera de décès et complications graves chez ces personnes fragiles.

Je me ferai vacciner pour protéger les autres
Nous avons tous dans notre entourage des bébés, des personnes malades, fragiles, en traitement (chimiothérapie), des personnes connaissant des infections chroniques, on ne peut raisonnablement pas, nous qui sommes en pleine santé, prendre le risque de les contaminer avec les conséquences que l’on connaît (parfois fatales).

Je me ferai vacciner pour me protéger.
Même si personnellement je suis en pleine forme, je sais que cette grippe n'est pas une grippe comme les autres. Elle attaque des personnes fragiles mais aussi des gens en parfaite santé. J’irai donc me faire vacciner tout simplement parce que je n’ai pas non plus envie d’être malade avec les graves complications que l’on connaît.

Chacun doit montrer l’exemple en affirmant haut et fort que se faire vacciner est un geste civique et qu’au pays de Pasteur, c’est une bien curieuse idée d’avoir peur d’un vaccin!

Pourtant leur utilité n'est plus à démontrer. Si ce vaccin n’existait pas, il faudrait d’ailleurs l’inventer. Aujourd’hui, manque un vaccin : le vaccin contre la désinformation avec arrière-pensée politicienne.


http://www.sante-sports.gouv.fr/grippe-grand-public/je-me-fais-vacciner

Commenter cet article