Des propos d'un autre temps

Publié le par le blog d'Anne BEAUCHEF

Interloquée. Oui c'est interloquée que je suis restée hier après avoir lu les quelques lignes que le Maire du Mans a récemment écrites sur son blog au sujet de DSK.

 

Je cite: "DSK- Face à la montée des discours moralisateurs tenus par les nouveaux Tartuffe, n'oublions pas qu'il n'y a pas de liberté sans libertins".

 

 

DSK n'est pas qu'un libertin


Si les propos sur le libertinage ne me choquent pas, en revanche les tenir sur l'affaire DSK est grave et déplacé.

 

Grave et déplacé car l'affaire DSK n'est pas seulement celle d'un soi-disant libertin, elle est aussi celle d'un auteur présumé d'agressions sexuelles sur des femmes.

 

Je suis choquée que pour un bon mot, une formule, un responsable politique se laisse aller à ce genre de considération. Ce discours me rappelle, sur la même affaire, le "il n'y a pas mort d'homme" de Jack Lang, "le troussage de domestique" de Jean-François Kahn. Solidarité de caste?

 

La banalisation des actes, qu'aurait commis DSK, en un simple libertinage n'est pas acceptable. Ce triste discours est celui d'un autre temps.

 

Peut-on parler de simple libertinage pour DSK, lorsque des femmes ont porté plainte pour agression sexuelle? Les agressions de Mesdames Diallo et Banon ont été reconnues, même si pour des raisons liées à la procédure ou à la prescription des faits, DSK n'a pas été condamné.

 

Peut-on parler de simple libertinage lorsque des femmes se sont plaintes que DSK avait abusé de son pouvoir pour avoir des relations avec elles? (affaire Nagy Piroskaïa). Lorsque des hommes puissants utilisent leur position de domination pour obtenir des relations sexuelles, il ne s'agit pas de libertinage...

 

Si, en effet, il n'y a pas de liberté sans libertins comme l'écrit Jean-Claude Boulard, il n'y a pas non plus de liberté lorsqu'il y a abus de pouvoir et domination sexuelle des hommes sur les femmes. 

Commenter cet article

Sébastien Gouhier 08/04/2012 18:43

Je souscris tout à fait à votre point de vue. Je suis scandalisé par le fait qu'un parti politique ayant connaissance des troubles psychiques d'un tel grand élu, ait failli en faire son candidat à
une élection présidentielle. Voilà, je l'ai dit, ça ne plaira pas à certains de mes amis socialistes. Mais, en tant qu'élus, nous avons à rappeler les bornes de la liberté,ne pas nuire à
autrui.
Faire le choix de s'exprimer au nom de je ne sais quelle solidarité mâle ou politique, alors qu'il n'y a qu'à laisser la justice faire son travail, c'est prendre le risque de cautionner
l'inexcusable.

S. Gouhier

le blog d'Anne BEAUCHEF 10/04/2012 14:57



Bonjour,


Merci de votre message et de votre sincérité. Aucune ambiguïté n'est possible sur ce sujet au risque comme vous l'écrivez de "cautionner l'inexcusable".


A bientôt. Très cordialement. Anne Beauchef



François CESSE 09/12/2011 02:47

J'ai eu la même réaction lorsque j'ai lu cet article, il y a quelques jours. Le blog du maire du Mans était pourtant bien lancé avec son article sur le désenchantement de la politique,
malheureusement ça n'a pas duré...
Je ne vois pas où il trouve son intérêt à commenter l'affaire DSK, ça le dessert complètement.